RN 57: calvaire des automobilistes et enjeux économiques

transports

Les bouchons pour aller ou revenir du travail se vivent au quotidien pour les frontaliers et les riverains. La RN 57 entre Pontarlier et La Cluse-­et-­Mijoux est empruntée par plus de 20.000 voitures chaque jour. Le trafic très engorgé sur une portion de 4km. Durant les 7 dernières années il a augmenté de 2,8% par an.

Le préfet a donc donné son feu vert pour une série de travaux. Dès la fin de l’année, des feux intelligents qui se règlent en fonction du trafic, seront installés sur les accès les plus problématiques : au carrefour des rosiers sur la route d’Oye-­et-­Pallet d’abord, et à la Cluse-­et-­Mijoux, sur la RD67bis, en direction de la Suisse ensuite.

Cette première phase de travaux durera 3 ans. Enfin, Une troisième voie verra le jour entre le carrefour giratoire des rosiers et l’entrée de Pontarlier.

Croire que ces aménagements seront suffisants pour réduire significativement le temps de trajet vers et depuis la Suisse pourrait faire sourire.

Nous déplorons que le grand contournement, jugé trop coûteux, ait été rejeté par les collectivités. Il s’agit d’une grave erreur grave non seulement pour les relations économiques de la zone frontalière pour aussi pour le développement local et régional.

Quand certains y voient l’expression d’une sagesse économe, le Mouvement Démocrate du Doubs interprète cela comme un renoncement à penser une économie ouverte et dynamique.

L’arc jurassien franco-­suisse constitue un atout économique irréfutable, donnons-nous les moyens de le construire.

ol

Olivier LESUEUR
Délégué Départemental MoDem du Doubs
Vice-Président Référent secteur Haut-Doubs

Contactez-moi