Vers une nouvelle taxe régionale…

edito

En 2013, le PIB par habitant s’établit à 25 491 € en Bourgogne-Franche-Comté pour 32 559 € en France métropolitaine. La Bourgogne-Franche- Comté est ainsi passée du 7ème à l’avant dernier rang des régions métropolitaines entre 1990 et 2013 !

Au moment où l’INSEE publie une étude selon laquelle la Bourgogne-Franche-Comté accuse la plus forte baisse de PIB depuis 2008, faut-il être à ce point déconnecté de la réalité du quotidien des Français pour se réjouir, de cette nouvelle taxe régionale qui touchera les particuliers (foncier bâti) et les entreprises (CFE).

L’impôt n’est accepté que lorsqu’il est compris ! Les Français font des efforts au quotidien. Même si la hausse proposée ne sera que de quelques dizaines d’euros, elle vient s’ajouter à de nombreuses autres hausses de tarifs, d’impôts ou de nouvelles taxes qui jour après jour baissent le pouvoir d’achat des familles et ne motivent pas les entreprises à embaucher ou investir.

Je ne peux m’empêcher de rappeler la hausse des indemnités des élus régionaux ou la hausse de la carte grise pour les Francs-Comtois.

Un contrat de confiance doit s’établir entre les élus et les citoyens. S’il est rompu aujourd’hui, c’est tout simplement parce que les élus en responsabilité n’ont toujours pas compris qu’ils ne peuvent continuer à demander des efforts aux citoyens et s’en exempter eux-mêmes.

Laurent CROIZIER
Président du MoDem du Doubs
Conseiller municipal de Besançon
Contactez-moi  Facebook  Twitter  Mon journal