Education : Remplacements des professeurs absents, la ministre propose des mesures déjà existantes !

education
Communiqué du MoDem du Doubs – 19/10/2016
Education : Remplacements de professeurs absents, la ministre propose des mesures déjà existantes

La ministre de l’Education Nationale a dévoilé aujourd’hui une série de mesures destinées à mieux assurer les remplacements des professeurs absents. Parmi les mesures phares, recrutement et gestion départementalisée des remplaçants. Des solutions déjà existantes ou en contradiction avec les faits.

A la rentrée 2016, des postes de remplaçants du premier degré ont été supprimés dans le département du Doubs malgré les avertissements des syndicats d’enseignants et quant à la gestion départementalisée, c’est déjà le cas depuis au moins deux ans.

Il serait temps que Madame Vallaud-Belkacem prenne connaissance des pratiques sur le terrain et de la réalité de sa politique.

Bientôt deux ans, par exemple, que la totalité des communes disposant d’une école primaire applique la réforme des rythmes scolaires et aucune évaluation n’a mesuré son impact. Aujourd’hui, dans certaines écoles maternelles, les parents sont contraints d’occuper les locaux pour dénoncer des effectifs surchargés en maternelle ou au CP.

Je me désespère de constater que la politique éducative de Madame Najat Vallaud-Belkacem ne se résume qu’à des « coups de communication ».

Durant cinq ans, jamais l’Education Nationale n’aura su concentrer ses efforts sur ses missions fondamentales. Au contraire, elle n’aura eu de cesse de rendre la mission des enseignants toujours plus compliquée.

Ce quinquennat symbolisera l’échec d’une idéologie qui prône le choix du nivellement par le bas, soit le choix le plus antisocial qu’il soit.

Le constat est cinglant: aujourd’hui le système éducatif français n’est plus en capacité de remplir ses missions notamment auprès des plus fragiles.

Laurent CROIZIER
Président du MoDem du Doubs
Conseiller municipal de Besançon
Contactez-moi  Facebook  Twitter  Mon journal


« L’école » par François Bayrou – Septembre 2016