Tribune de Laurent Croizier, Président du MoDem du Doubs: « La confiance ne se décrète pas, elle se gagne ! »

L’Assemblée a définitivement adopté les deux projets de loi de moralisation pour la confiance dans la vie politique.

Avec ce texte, une étape a été franchie, avec de réelles avancées :

L’interdiction des emplois familiaux de collaborateurs, la suppression de la réserve parlementaire et ministérielle, un nouveau régime sur justificatif pour les frais de mandat, l’encadrement des activités de conseil et d’autres mesures veillant à prévenir les conflits d’intérêts, la création d’un statut de collaborateur parlementaire, l’inéligibilité des élus en cas de crime ou de délit, et des dispositions permettant un financement plus transparent des partis politiques ont été validées.

Une réforme constitutionnelle portant notamment sur la limitation du nombre de mandats consécutifs, la suppression de la cour de Justice de la République et la réduction du nombre de parlementaires doit acter, d’ici à un an, la poursuite de ce chantier.

Les 47 députés MoDem et apparentés ont largement contribué à l’élaboration du texte final. Même si sur le verrou de Bercy, ce mécanisme qui permet au ministère du Budget d’avoir le monopole sur les décisions de poursuites judiciaires en matière de fraude fiscale, nous n’avons pas eu gain de cause, nous sommes fiers d’avoir pu initier cet impératif de moralisation dans la vie politique comme un préalable pour retrouver la confiance des citoyens.

C’est au prix de telles dispositions qui permettent plus de transparence que les élus redonneront de la crédibilité à l’action politique.

Mais penser qu’une loi réussira seule à rétablir la confiance est une erreur. La confiance ne se décrète pas, elle se gagne. Et c’est aussi une question d’attitude et de comportement.

Nous regrettons les oppositions sur ce texte tant les Français méritaient un large consensus autour de cette loi. S’accrocher à d’anciennes pratiques, rejetées aujourd’hui majoritairement, ne répond pas à l’attente des citoyens. La confiance se gagnera tous partis confondus malgré nos divergences

Cette loi est la première d’une série de réformes profondes et structurelles que nous soutiendrons pour permettre à notre pays, enfin, de se transformer et se moderniser.

C’est en ce sens que le MoDem continuera à apporter une vision pragmatique, libérale, européenne et humanistes au sein de la majorité.

lc

Laurent CROIZIER
Président du MoDem du Doubs
Conseiller municipal de Besançon
Contactez-moi  Facebook  Twitter  Mon journal