« La recomposition politique, c’est la clarification du paysage politique français. N’est-il pas venu le temps, chers citoyens, de passer à l’action ? »

La recomposition qui s’opère depuis deux ans est loin d’être un moment de flou idéologique, c’est même tout le contraire.

Le naufrage de la gauche et aujourd’hui la crise au sein de la droite républicaine française est tout autant une question de ligne idéologique que de conception de l’action politique.

La création du MoDem en 2007 est partie de ce constat. Il y a davantage de proximité entre les sensibilités centristes, modérées de droite et de gauche, qu’entre les tendances les plus extrêmes réunies au sein du PS ou de L’UMP devenue LR aujourd’hui.

Je crois que nous assistons à la fin de ces partis politiques machines électorales faisant cohabiter, en dépit de toute cohérence, des idéologies totalement opposées (souverainistes et pro-européennes, ou encore anticapitalistes et libérales).

Je crois que nous assistons également à la sanction sévère, par des millions de Français, de cette vision binaire et sectaire de la politique qui consiste à s’opposer par principe et de façon systématique à toute idée de droite lorsqu’on est de gauche et inversement.

Ce que je retiens finalement, c’est que le paysage politique permet enfin aux modérés, de ne pas s’enfermer dans ce clivage gauche/droite et de se rassembler en toute cohérence sur des projets à l’échelle locale comme nationale.

Les citoyens doivent s’emparer de cette nouvelle page du paysage politique français qui s’ouvre depuis deux ans. N’est-il pas venu le temps, chers citoyens, de passer à l’action ? Et pourquoi pas avec nous ?

Laurent CROIZIER
Président du MoDem du Doubs
Conseiller municipal de Besançon
Contactez-moi  Facebook  Twitter  Mon journal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *